Croire, c’est vivre ses questions.

19e Dimanche ordinaire -A- 17 août 2017

Matthieu 14, 22-330

Jésus est à la mer. La tempête couve. C‘est une sorte de naissance difficile.

On était si bien ensemble.

On venait de manger ensemble, de communier ensemble à la multiplication des pains.

Il y avait une ambiance « sympa » !

Jésus remet tout en mouvement : il renvoie la foule, il oblige ses disciples à monter en barques et à larguer l’amarre.

Même la mer et le vent se remettent en mouvement, lui-même aussi prend une distance et s’en va.

Il fait nuit.

Les apôtres sont seuls sur leur barque, seuls avec leurs questions, seuls avec eux-mêmes.

Et toujours cette manie de déguiser Jésus.

Cette fois ils le déguisent en fantôme.

Ils ont peur, ils veulent une réponse : « Seigneur, sauve-moi ! » Ils ne savent pas encore que le seul élément stable de la foi, c’est son mouvement.

Croire, c’est vivre ses questions.

J. Debruyne
Ouvrez mille texte p 254 – éd Presses de l’île de France

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑