Corps et sang du Christ -B- 2-3 juin 2018 (TM)

Marc 14, 12…26

Plus rien à donner. Il avait donné tout ce qu’il avait reçu de son Père. II avait transmis tout ce qu’il avait découvert dans le secret de Nazareth.

II avait nourri la foule au désert.

Il n’avait pas ménagé sa peine, mesuré ses efforts, compté son temps.

II était allé de l’avant comme un Dieu en pleine jeunesse.

Jusqu’au jour où ses pas s’arrêtèrent dans Jérusalem.

Jusqu’à l’heure du grand passage.

Alors, comme la première étoile saluait son dernier soir, il se tint au milieu de ses amis et, n’ayant plus rien à donner, il se donna lui-même.

« Voici mon corps, voici mon sang.

Prenez, mangez, buvez

Il se donna jusqu’à l’épuisement.

II se livra sans réserve.

Dans sa fin est notre commencement.

« Venez manger de mon pain et boire le vin que j’ai préparé pour vous. » Venez I Je vous attends, je vous espère.

N’attendez pas le temps des vives clartés.

Venez au petit jour quand l’âme encore sommeille ou vers le soir si le cœur vous en dit.

N’attendez pas d’être fin prêts. Moi-même, j’ai tout préparé. Venez à la maison!

Si la joie vous transporte, avec vous je suis joyeux.

Si la tristesse vous paralyse, je vous délie.

Si vous pensez: « A quoi bon? », je vous éclaire.

Si vous arrivez en famille, je vous en présente d’autres.

Si vous êtes seuls, je vous apprends à lier connaissance.

Si vous avez du retard, je vous trouve une place.

Si vous endossez un habit de fête, c’est bien.

Si je vous vois en haillons, je vous donne ma tunique.

Si le vieux manteau de vos fautes vous couvre de honte, je m’en charge quand vous passez le seuil.

D’ici-même et d’ailleurs, de là-bas, de partout, « venez manger de mon pain et boire le vin que j’ai préparés pour vous

Jean-Yves Quellec, Dieu face Nord, Publications de Saint André.

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑